ACS FINANCES Meylan & Tain l'Hermitage

ACS FINANCES vous propose un conseil personnalisé délivré par des conseillers en gestion du patrimoine, spécialisés et passionnés par leur métier, expérimentés, stables et disponibles pour vous accompagner dans la réalisation de vos projets.

Conseils et suivi

Créé en 2005, ACS FINANCES met tout en œuvre pour vous apporter un conseil professionnel sur mesure. 

 

En savoir plus ...

Assurance vie

ACS FINANCES  vous propose un accès aux meilleurs contrats disponibles auprès d'un large choix de compagnies d'assurances.

En savoir plus ...

Valeurs Mobilieres

ACS FINANCES vous permet de bénéficier de l'accès à l'ensemble des valeurs mobilières sans frais supplémentaire.

En savoir plus ...

Defiscalisation

ACS FINANCES réalise l'analyse de votre situation fiscale et recherche une solution sur mesure. 

En savoir plus ...

Immobilier

Vous souhaitez investir dans l'immobilier, acquérir un bien neuf ou ancien ? ACS FINANCES vous accompagne dans votre recherche, et vous garantit un conseil professionnel et indépendant.

En savoir plus ...

Financement

ACS FINANCES recherche le financement de votre investissement et vous accompagne à chaque étape de votre projet. 

En savoir plus ...

La tendance a ainsi été plutôt positive au cours de la semaine sur les marchés d’actions, aidée par de bonnes publications de résultats, notamment sur les valeurs technologiques avec Netflix qui a entraîné une bonne partie du secteur dans son sillage. La hausse des matières premières avec un baril de pétrole retrouvant des niveaux de 2014 a permis aux valeurs pétrolières de progresser largement sur la semaine (environ 3% aux USA et en Europe). Sur les marchés obligataires, alors que le début de semaine était particulièrement calme, les taux gouvernementaux européens et américains ont connu une forte hausse jeudi avec une pentification de la courbe, les taux longs montant plus que les taux courts.

Sur le front économique, le FMI a publié la mise à jour de ses perspectives de croissance en révisant à la hausse de 20 points de base ses chiffres pour les Etats-Unis et l’Europe pour 2018. L’institution a confirmé que les pays avancés connaîtront une croissance supérieure au potentiel cette année et l’année prochaine et mis en avant les risques de révisions à la baisse ensuite. En zone euro, le chiffre final de l’inflation sous-jacente pour le mois de mars est stable à 1% et la réunion de la BCE le 26 avril ne suscite pas d’attente particulière de la part des investisseurs.

 

<001001_1.jpg> ACTIONS EUROPEENNES 

Les matières premières ont poursuivi leur progression sur fond de tensions internationales, conduisant à un fort rebond des taux longs. Dans ce contexte, les secteurs énergétiques, des matériaux et financiers ont été privilégiés, au détriment des valeurs plus défensives, sensibles aux taux.

La semaine est par ailleurs marquée par le début des publications de résultats du premier trimestre 2018, qui ressortent dans l’ensemble de bonne facture. Les effets de change sont pénalisants, mais le sursaut confirmé de la croissance organique (Schneider, Accor, Edenred, etc.) compense voire dépasse ce facteur.

Publicis a profité après un premier trimestre mieux orienté avec une croissance interne de 1,6%. Les secteurs publicitaires et des médias ont par ailleurs profité de la forte hausse du chiffre d’affaires d’Omnicom en Europe.

Notons l’envolée d’Ericsson alors que les résultats du premier trimestre 2018 ressortent bien supérieurs aux attentes, démontrant que les efforts de réduction de coûts réalisés commencent à porter leurs fruits. La marge brute de l’équipementier télécoms suédois remonte ainsi à 35,9% alors qu’elle était de 18,7% un an plus tôt.

Côté transformations d’entreprises, Vivendi a tenu son AG, évoquant à nouveau une possible IPO d’UMG dont la croissance du streaming dépasse +30% au premier trimestreainsi que la succession de Vincent Bolloré par son fils.

Après la cession d’une partie du pôle de radios internationales, Lagardère est entré en négociations exclusives avec Czech Media pour la cession d’une partie de son pôle presse. FNAC-Darty a publié des ventes au titre du premier trimestre au-dessus des attentes, et a par ailleurs annoncé le développement d’espaces de vente Google ainsi qu’une alliance avec les e-commerçants français pour créer le BlackFriday tricolore, baptisé les « French Days ».

Total rachète Direct Energie, premier fournisseur d'énergie alternatif en France, valorisé 2,5 milliards d'euros. Sanofi a annoncé être entré en négociations exclusives pour céder Zentiva à Advent. Bloomberg a fait part d’intentions de Bouygues, aidé d’un partenaire financier, pour la reprise de SFR à Altice

 

<001001_2.jpg> ACTIONS AMERICAINES

Belle semaine pour les marchés : le S&P progresse de 1,4% et le Nasdaq de 1,8%. L’écart de performance depuis le début de l’année continue donc de se creuser, le S&P progressant de moins de 1% contre +5% pour le Nasdaq. La microéconomie a repris ses droits, alimentée par la saison des résultats trimestriels. Coté macro, on retiendra les bons chiffres des ventes au détail (+0,6% en mars vs février, contre +0,4% attendu), la production industrielle (+0,5%, en séquentiel également) et les mises en chantier, en progression de 1,9%.

La saison des résultats bat son plein. Les grandes banques (Citi, JPM, BAC, GS, MS) ont annoncé des chiffres au titre du premier trimestre au-dessus des attentes du consensus pour la plupart d’entre elles, notamment grâce à une bonne tenue de leur activité equity.

Notons par ailleurs les très bonnes publications pour les secteurs cycliques comme le transport, les médias ou les matières premières.

Au cours des cinq derniers jours, l’énergie et les services publics signent les meilleures performances. La consommation de base et les valeurs financières sont en recul.

 

<001001_3.jpg> ACTIONS JAPONAISES 

Les actions japonaises (indice TOPIX) ont progressé de 1,2%, portées par un regain de confiance sur les marchés : la menace nord-coréenne s’est atténuée et le sommet entre le Japon et les États-Unis s’est achevé sur un statu quo concernant la relation commerciale entre les deux pays.

Alors que le taux de change USD/JPY est resté stable à 107, les secteurs sensibles à la conjoncture économique comme les produits du pétrole et du charbon (+4,08%), les métaux non ferreux (+3,5%) et les instruments de précision (+2,79%) ont surperformé le TOPIX. À l’heure actuelle, les investisseurs sont surtout focalisés sur les nombreuses publications de résultats prévues dans les semaines à venir pour les entreprises qui ont clôturé leur exercice 2017 (au 31 mars 2018).

 

<001001_4.jpg> MARCHES EMERGENTS

People's Bank of China (PBOC) a baissé le taux des réserves obligatoires de 1% afin d’améliorer la liquidité et d’atténuer l’impact du désendettement. La croissance du PIB chinois a été de 6,8% au premier trimestre 2018, soutenu par la consommation intérieure.

La National Development and Reform Commission (NDRC) a retiré le plafond d’une participation de 50% pour les constructeurs étrangers dans les JV automobiles dès cette année pour la production de véhicules électrique et hybride, la limite sera retirée d’ici à 2020 pour les producteurs des véhicules commerciaux et d’ici à 2022 pour la production des voitures individuelles.

 

<001001_5.jpg> MATIERES PREMIERES

Cette semaine, le pétrole a a aproché les 75 dollars le baril pour le Brent et un peu en dessous des 70 dollars le baril pour le WTI. Ces niveaux n’avaient pas été atteints depuis novembre 2014 (Référence Brent) sous l’impulsion d’une amélioration marquée des fondamentaux.

Les inventaires (bruts et produits) hebdomadaires aux Etats-Unis sont ressortis en forte baisse, surtout pour les produits pétroliers (essence et distillats), résultat d’une baisse des importations et d’une forte demande. La demande mondiale reste bien orientée d’autant que le FMI maintient ses perspectives de croissance mondiale à 3,9% pour 2018 et 2019.

La réunion des ministres du pétrole OPEP/non-OPEP qui se tiendra ce weekend ne devrait pas aboutir à une reconduction de l’accord mais devrait donner des indications quant à la stratégie que le groupe souhaite mener. L’objectif de baisse des inventaires mondiaux à sa moyenne 5 ans est sur le point d’être atteint et l’extension « OPEP+ » pourrait, par exemple, porter sur une baisse des inventaires à une moyenne 7 ans. Un autre facteur explicatif de la hausse cette semaine est la spéculation. Plusieurs sources ont rapporté que l’Arabie Saoudite souhaiterait voir les prix du pétrole évoluer entre 80 et 100 dollars le baril. Ryad peine à convaincre les investisseurs avec l’introduction en Bourse d’Aramco mais une hausse du pétrole entre 80 et 100 dollars le baril favorisait la prolifération du pétrole de schiste américain qui aurait un impact négatif sur la demande et donc les prix à terme.

Les prix des métaux de base ont fortement progressé cette semaine. Les premiers effets de la guerre commerciale et des sanctions contre la Russie se font sentir. Les prix de l’aluminium ont par exemple pris plus de 20% sur un mois alors que Rusal (6% de la production mondiale) n’est plus en mesure de vendre sa production. Le nickel a également fortement progressé cette semaine, le marché craignant que Norilsk Nickel (12% de la production mondiale) soit à son tour touché par des sanctions.

 

<001001_6.jpg> DETTES D'ENTREPRISES

Crédit

Le marché était haussier en début de semaine (-8 points de base pour l’indice Xover entre lundi et mardi) malgré des incertitudes macroéconomiques et géopolitiques toujours présentes (développements en Syrie, sanctions américaines envers la Russie, etc.). Mercredi, la situation s’est cependant retournée et les spreads se sont écartés, dus en partie à des mouvements de prises de profits après ce récent rally. Les financières ont été particulièrement impactées par ce retournement.

Le marché primaire a été très actif cette semaine. 

Softbank (Ba1/BB+) a émis des obligations de maturité 5 et 7 ans, en deux tranches  de 1,45 milliard d’euros (coupon de 4% et 4,5%) et 750 millions de dollars.

Piaggio (B1/BB-) a émis des obligations de maturité 7 ans pour 250 millions d’euros avec un coupon de 3,625%.

Iliad, groupe français de télécommunications, a émis des obligations de maturité 3 et 7 ans pour 1,1 milliard d’euros avec des coupons de 0,625% et 1,875%.

Samsonite (Ba2/BB+) a émis une obligation de maturité 8 ans pour 350 millions d’euros avec un coupon de 3,5%.

KBC, banque belge, a émis une obligation AT1 avec un coupon de 4,25% pour un milliard d’euros.

Casino (Ba1/BB+), groupe de distribution, a affiché des résultats au titre du premier trimestre 2018 légèrement supérieurs aux attentes. Le chiffre d’affaires est en baisse de 3,8% mais la croissance organique s’affiche en hausse de 3,1% avec une hausse des ventes en France (+1,5%).

Rémy Cointreau (Baa3/BB+), groupe français de spiritueux, a annoncé de bons résultats pour 2017. Le chiffre d’affaires enregistre une hausse de 2,9% et les ventes à devises et périmètre constants s’affichent en augmentation de 7,2%. L’ensemble des marques du groupe ont contribué à cette croissance, notamment la Maison Rémy Martin.

Eramet, leader mondial dans les métaux d’alliage, a annoncé ses résultats au titre du premier trimestre 2018, avec un chiffre d’affaires à périmètre et change constants en hausse de 14%. Le groupe indique être bien positionné sur ses marchés mais souligne cependant le contexte de forte volatilité des prix des métaux.

IMPOT SUR LE REVENU

Revalorisation de 1% des tranches de revenus du barèmes de l’impôt ainsi que les seuils qui lui sont associés.

Majoration de 1,7 point de la contribution sociale généralisée (CSG).

 

PRELEVEMENT A LA SOURCE

Report de la mesure pour les revenus de 2019.

 

MISE EN PLACE DE LA FLAT TAX

Mise en place d’un taux forfaitaire unique d’imposition des revenus mobiliers de 30 % (Impôt sur le revenu de 12.8% + CSG de 17.2%)

Possibilité pour les contribuables d’opter pour la soumission de leurs revenus mobiliers au barème de l’IR.

Revenus soumis à la Flat Tax :

- L’ensemble des revenus de capitaux mobiliers (intérêts, revenus distribués et revenus assimilés),

- Les produits des contrats d’assurance vie afférents à de nouveaux versements (primes versées à compter du 27 septembre 2017, les produits afférents à des versements antérieurs à cette date continueront d’être imposés suivant le régime actuel),

 

PLUS VALUES MOBILIERES

Les plus-values de cession de valeurs mobilières, droits sociaux et titres assimilés réalisées à compter du 1er janvier 2018 seront assujetties au prélèvement forfaitaire unique de 12,8 % + CSG 17.20 %.

L'abattement fixe de 500 000 € applicables aux cessions de titres réalisées par les dirigeants de PME lors de leur départ à la retraite, devait s'appliquer jusqu'au 31 décembre 2017.

La loi de finances pour 2018 prévoit sa reconduction pour les cessions réalisées à partir du 1er janvier 2018 et ce, jusqu'au 31 décembre 2022. Les dirigeants partant à la retraite pourront donc continuer à bénéficier de ce seul abattement spécifique.

 

DIVIDENDES

Les taux des prélèvements forfaitaires obligatoires de 21 % et 24 % sur les revenus distribués (dividendes notamment) et les produits de placements à revenu fixe sont abaissés à 12,8 % + CSG 17.20 %.

 

EPARGNE LOGEMENT

Les intérêts des plans d'épargne logement (PEL) et des comptes épargne logement (CEL) ouverts à compter du 1er janvier 2018 seront soumis au taux forfaitaire unique de 12,8 % + CSG 17.20 %., alors qu'ils étaient jusqu'à présent exonérés d'IR. Quant aux intérêts des anciens PEL de plus de 12 ans qui étaient déjà fiscalisés, seront soumis au taux forfaitaire unique de 12,8 % + CSG 17.20 %.

Par ailleurs, la prime d'épargne logement est supprimée pour ces nouveaux PEL ou CEL.

 

TAXE HABITATION DE LA RESIDENCE PRINCIPALE

Mise en place d’un système de dégrèvement pour les foyers selon le revenu fiscal de référence 2018 (43 000 euros pour un couple + 8 000 euros pour les deux demi-parts supplémentaires). Dégrèvement de 30 % en 2018 puis 65 % en 2019.

 

DISPOSITIF PINEL

Le mécanisme est prorogé en l’état pour les actes authentiques signés jusqu’au 31 décembre 2021. Les zones d’investissement sont les zones A, Abis, B1 et les anciens sites de la défense.

 

L’IMPOT SUR LA FORTUNE : CREATION D’UN IMPOT SUR LA FORTURE IMMOBILIERE (IFI)

L’ISF est supprimé et remplacé par l’IFI pour les personnes physiques détenant un patrimoine immobilier dont l’actif net est supérieur à 1,3 millions d'euros.

L’assiette de l’IFI sera composée de l'ensemble des biens et droits immobiliers détenus diretement par les membres du foyer fiscal ainsi que les parts ou actions détenues par l’intermédiaires de sociétés et organismes établis en France ou hors de France. Les contrats d'assurance sont inclus dans l’assiette taxable, à hauteur de leur valeur représentative des biens et droits immobiliers.

Les principales exonérations et les abattements sont maintenus (biens professionnels, bois et forêts, baux à long terme, nue-propriété, loueur en meublé professionnel, habitation principale…).

Le passif restera déductible s’il est affecté à un actif imposable (des limites à la déduction ont été prévues notamment pour les prêts in fine).

 

L’IMPOT SUR LES SOCIETES : UN ENJEU D’ATTRACTIVITE POUR LE TERRITOIRE FRANÇAIS ET DE COMPETITIVITE POUR LES ENTREPRISES

Baisse du taux normal de l'impôt sur les sociétés (IS) de 331/3 % aujourd'hui à 25 % en 2022 :

- 2018 : maintien du taux de 28 % jusqu'à 500 000 euros de bénéfices et 33 1/3 % au-delà,

- 2019 : le taux normal ramené à 31 %, les 500 000 premiers euros de bénéfices continueront d'être imposés à 28 %,

- 2020 : le taux de 28 % sera généralisé, il sera respectivement ramené à 26,5 % et 25 % pour les années 2021 et 2022.

 

ASSURANCE VIE

Mise en place d’un Prélèvement Forfaitaire Unique (PFU), applicable aux produits issus des primes versées sur un contrat d’assurance-vie à compter du 27 septembre 2017 et une augmentation du taux de la CSG de 1,7 qui portera le taux des prélèvements sociaux à 17,2% Cette réforme fiscale a pour objectif de plafonner à 30 %, prélèvements sociaux inclus, l’imposition de l’ensemble des revenus de capitaux mobiliers des particulier, la FLAT TAX.

Maintien du régime fiscal actuel pour les produits afférents à des primes versées avant le 27 septembre 2017 quel que soit le montant de ces primes.

Les produits issus des primes versées avant le 27 septembre 2017 demeurent soumis au régime fiscal actuel : choix entre le Prélèvement Forfaitaire Libératoire (PFL : taux de 35 %, 15 % ou 7,5 % en fonction de la durée du contrat) et le barème progressif de l’impôt sur le revenu. Le seul changement porte sur le taux des prélèvements sociaux qui serait porté à 17,2 % pour tous les produits acquis à compter du 1er janvier 2018.

Maintien du taux d’imposition actuel pour un assuré ayant investi moins de 150 000 € depuis plus de 8 ans sur l’ensemble de ses contrats, quelle que soit la date de versement des primes.

Un assuré ayant investi moins de 150 000 €, qui procède au rachat de son/ses contrat(s) d’assurance-vie au-delà de 8 ans, pourra bénéficier dans tous les cas d’un taux d’imposition de 7,5 % auxquels s’ajouteront les PS au taux de 17,2 % (taux global de 24,7 %).

Introduction du régime de la flat tax pour les produits afférents aux primes versées à compter du 27 septembre 2017.

1. Le PFL ne s’appliquera plus aux produits attachés aux primes versées à compter du 27 septembre 2017.

2. Ces produits seront taxés en 2 temps : un prélèvement par l’assureur équivalent à un acompte puis une liquidation définitive lors de l’établissement de sa déclaration d’impôt sur le revenu par le contribuable :

- Au moment du rachat, l’assureur devra précompter un Prélèvement Forfaitaire Obligatoire non libératoire de l’impôt sur le revenu (PFO) au taux de 12,8 % pour un contrat de moins de 8 ans, ou 7,5 % pour un contrat de plus de 8 ans, auxquels s’ajouteront les PS au taux de 17,2 %;

- Lors de la déclaration d’impôt sur le revenu, le contribuable aura le choix entre le Prélèvement Forfaitaire Unique (PFU) ou le barème progressif de l’impôt sur le revenu.Ce choix vaudra pour l’ensemble de ses revenus mobiliers.

En cas d’application du PFU, en assurance-vie, le taux d’imposition variera en fonction de la durée du contrat (< ou > à 8 ans) et du montant des primes versées (< ou > à 150.000 €) sur l’ensemble de ses contrats d’assurance-vie. Le PFO précompté par l’assureur s’imputera sur le PFU.

3. L’application d’un PFU au taux de 12,8 % (soit un taux global de 30 % en ajoutant les PS) vaudra pour tous les assurés ayant versé un montant de primes sur leurs contrats d’assurance-vie supérieur à 150 000 €. A hauteur de ce seuil de 150 000 € (montant par assuré, soit 300.000 € pour deux assurés), l’assuré bénéficiera du maintien d’un taux d’imposition de 7,5% pour les rachats après 8 ans. Ce mécanisme ne joue pas dans l’hypothèse où le montant des primes versées avant le 27 septembre 2017 a déjà atteint le seuil de 150 000 €.
<001004_1.jpg>

La plus-value imposable s'obtient en appliquant à la plus-value brute des abattements par année de détention du bien cédé.

Abattements pour durée de détention

Durée de détention

Abattement annuel

Abattement cumulé

Détermination du montant imposable à l’impôt sur le revenu :

De 6 à 21 ans

6%

96%

Au terme de 22 ans

4%

100%

Détermination du montant imposable aux prélèvements sociaux :

De 6 à 21 ans

1.65%

26.40%

De 21 à 22 ans

1.60%

28%

De 23 à 30 ans

9%

100%

 

 

 Taxe spécifique pour les plus-values supérieures à 50 000 euros

 

Montant de la plus-value imposable (PV)

Taux d'imposition

De 50.001 à 60.000 euros

2 % PV - (60.000 - PV) x 1/20

De 60.001 à 100.000 euros

2,00%

De 100.001 à 110.000 euros

3 % PV - (110.000 - PV) x 1/10

De 110.001 à 150.000 euros

3,00%

De 150.001 à 160.000 euros

4 % PV - (160.000 - PV) x 15/100

De 160.001 à 200.000 euros

4,00%

De 200.001 à 210.000 euros

5 % PV - (210.000 - PV) x 20/100

De 210.001 à 250.000 euros

5,00%

De 250.001 à 260.000 euros

6 % PV - (260.000 - PV) x 25/100

Supérieur à 260.000 euros

6,00%

L'équipe Acs Finances

 

57, Boulevard des Alpes 38240 MEYLAN

04 76 44 06 26

 

114, Avenue Jean Jaurès 26600 TAIN L’HERMITAGE

04 75 07 11 68

Vous disposez d'un droit d'accès, de rectification et d'opposition, dans le respect des dispositions légales et réglementaires en vigueur, aux informations vous concernant.