ACS FINANCES Meylan & Tain l'Hermitage

ACS FINANCES vous propose un conseil personnalisé délivré par des conseillers en gestion du patrimoine, spécialisés et passionnés par leur métier, expérimentés, stables et disponibles pour vous accompagner dans la réalisation de vos projets.

Conseils et suivi

Créé en 2005, ACS FINANCES met tout en œuvre pour vous apporter un conseil professionnel sur mesure. 

 

En savoir plus ...

Assurance vie

ACS FINANCES  vous propose un accès aux meilleurs contrats disponibles auprès d'un large choix de compagnies d'assurances.

En savoir plus ...

Valeurs Mobilieres

ACS FINANCES vous permet de bénéficier de l'accès à l'ensemble des valeurs mobilières sans frais supplémentaire.

En savoir plus ...

Defiscalisation

ACS FINANCES réalise l'analyse de votre situation fiscale et recherche une solution sur mesure. 

En savoir plus ...

Immobilier

Vous souhaitez investir dans l'immobilier, acquérir un bien neuf ou ancien ? ACS FINANCES vous accompagne dans votre recherche, et vous garantit un conseil professionnel et indépendant.

En savoir plus ...

Financement

ACS FINANCES recherche le financement de votre investissement et vous accompagne à chaque étape de votre projet. 

En savoir plus ...

ACTIONS EUROPEENNES Après avoir commencé la semaine en baisse, sur fond d’incertitude politique, les marchés européens se sont repris sur la base de très bons indicateurs économiques en Europe et aux Etats-Unis, et du recul de l’euro. Au sein du secteur de la distribution, Carrefour annonce des résultats inférieurs aux attentes (baisse du résultat opérationnel de - 12% à 621 millions d’euros) et des perspectives très prudentes pour le reste de l’année. La marge France s’érode sous l’effet de l’investissement tarifaire pour contrecarrer la forte pression concurrentielle, de la poursuite des investissements dans le digital et des pertes des magasins Dia. En revanche, les résultats publiés par le distributeur allemand Metro sont satisfaisants (reprise en Allemagne dans l’activité cash & carry et stabilisation des volumes dans l’alimentaire en Russie). Bouygues a publié pour le 1er semestre un résultat opérationnel en hausse de 3% (vs 1,5% attendu). Les Télécoms enregistrent une croissance de l’EBITDA de 30% sur les derniers 18 mois. La construction et l’immobilier ont vu leur carnet de commandes progresser de respectivement +8 % et +7% avec des perspectives de hausse des marges à long terme. Par ailleurs, Colas a fait l’acquisition d’un concurrent important au Canada, Miller McAsphalt. Vivendi a publié des résultats record au 2ème trimestre. Universal Music a enregistré des ventes en croissance de 15% et a fait progresser son EBITDA de 40%. Même Canal Plus a montré des progrès avec un ARPU (revenu moyen par abonné) meilleur qu’attendu à 45 euros. Du côté du M&A, le groupe de grands magasins Galeries Lafayette a annoncé un projet de prise de participation de 51% dans La Redoute avec l'objectif d'en acquérir 100% à terme. Il vise à accélérer sa transformation digitale et à réaliser des synergies au niveau des achats, du réseau de magasins et des bases de données, avec l’objectif de réaliser à terme 30% de ses ventes en ligne.

ACTIONS AMERICAINES Belle semaine pour les marchés actions américains, le S&P s’adjugeant 1,2%. L’administration Trump semble avoir traversé la crise de confiance déclenchée par sa gestion des évènements de Charlottesville, tandis que les tensions géopolitiques n’affectent pas davantage l’humeur des investisseurs. Le PIB du deuxième trimestre a été révisé en hausse à 3% (vs. 2,6%), aidé par la consommation domestique (+3,3%). L’inflation au sens du PCE s’inscrit, quant à elle, à 1,4%, en ligne avec les attentes, mais sur une trajectoire déclinante depuis le début de l’année. Jackson Hole n'a pas été l'occasion de grandes révélations, les banquiers centraux mondiaux semblant globalement camper sur leurs positions. L’activité M&A est de nouveau très vive. Apple a atteint un nouveau plus haut historique, sa capitalisation boursière approchant des 850 milliards de dollars. La société pourrait présenter son nouvel iPhone dès le 12 septembre (à confirmer). Au cours des cinq derniers jours, les secteurs de la santé et de la technologie signent les plus fortes hausses. Les télécommunications, les valeurs financières et dans une moindre mesure les services publics sont les seuls secteurs à enregistrer un recul.

ACTIONS JAPONAISES L'indice TOPIX a progressé de 1,3% cette semaine. Après un recul causé par l’aversion au risque des investisseurs après le passage d’un missile nord-coréen au-dessus de plusieurs îles nippones mardi, le marché japonais s’est inscrit en hausse pendant deux séances de suite. Les cours de bourse ont donc rebondi grâce à la dépréciation du yen par rapport au dollar, qui a bénéficié de la vigueur des actions américaines dans le sillage de bonnes statistiques aux États-Unis. L’impact négatif du lancement de missile par la Corée du Nord s’est légèrement dissipé en fin de semaine et les valeurs exportatrices ont été recherchées par les investisseurs. Sur le plan sectoriel, ce sont la pharmacie et (+3%) et la sidérurgie (+2,6%) qui ont le plus progressé. En revanche, les secteurs du pétrole et du charbon (-1,4%) et des mines (-0,8%) ont été malmenés.

MARCHES EMERGENTS La semaine a été calme sur les marchés émergents. En Chine, l’indice PMI du secteur manufacturier est passé de 51,4 à 51,7, avec notamment une progression des composantes « production » et « nouvelles commandes », alors que les investisseurs s’attendaient à un léger recul (consensus à 51,3). Ctrip a publié d’excellents résultats, avec une croissance de 45% de son chiffre d’affaires et une marge d’exploitation de 18%. Bank of China a fait état d’une croissance avant impôts de 23,6% grâce à l’amélioration de la qualité de ses actifs (les provisions sont en baisse de 86% sur un an). Agricultural Bank of China a également profité de l'amélioration de la qualité de ses actifs et de la baisse de 54 points de base du taux (brut) de formation des créances douteuses. Son bénéfice net a très légèrement augmenté (+4,8%). Beijing Enterprises Water a publié des résultats solides (+22% en glissement annuel). Dans le secteur des véhicules électriques, BYD a subi une forte baisse de ses résultats (-24% en glissement annuel). Cela n’est pas surprenant car la réduction des subventions a entraîné une diminution de 20% de sa production de véhicules électriques. Fait encore plus important, on observe des signes manifestes d’augmentation de la concurrence. En Inde, la collecte de la taxe sur les biens et services a été supérieure aux attentes au mois de juillet, à 923 milliards de roupies (14,6 milliards de dollars), ce qui constitue une bonne nouvelle sur le plan budgétaire. La croissance du PIB a été inférieure aux anticipations, à 5,7% en glissement annuel au 2ème trimestre, contre 6,1% le trimestre précédent. Le ralentissement du secteur manufacturier est essentiellement dû au déstockage qui a suivi la mise en place de la taxe sur les biens et services. La banque centrale de Russie a pris le contrôle de Bank Otkritie, le premier établissement russe d’importance systémique à faire faillite. La CBR va probablement en devenir le principal actionnaire via le Fonds de consolidation du secteur bancaire et aucun autre créancier ne sera mis à contribution. Compte tenu du profil de la banque, aucune difficulté véritablement systémique n’est envisagée. Au Brésil, le taux de chômage est retombé à 12,8% en juillet, contre 13% en juin et 13,6% au trimestre précédent. A noter également l’augmentation de 3% des salaires réels en glissement annuel à la faveur du repli de l’inflation. Nous restons optimistes à l’égard des marchés émergents à moyen terme, en particulier pour la Chine dont la « qualité » de la croissance s’améliore grâce à la réduction des surcapacités dans les industries et à sa montée en gamme dans la chaîne de valeur.

MATIERES PREMIERES Les prix du pétrole sont ressortis en légère hausse cette semaine dans un contexte de stress sur l’offre suite aux conséquences de l’ouragan Harvey et de nouveaux arrêts de production en Libye. Le Brent termine la semaine au-dessus des 52 dollars le baril et le WTI à plus de 47 dollars. L’ouragan Harvey a finalement été classé moins dangereux qu’attendu mais il a tout de même provoqué d’immenses dégâts au Texas et en Louisiane avec une facture estimée à 75 milliards de dollars. La production dans le Golfe du Mexique (off-shore) reprend progressivement, mais avec toujours 13% des champs de pétrole à l’arrêt (contre 20% en début de semaine). L’impact est plus limité sur les producteurs on-shore qui attendent les autorisations du gouvernement pour redémarrer leur production. Les inondations causées par l’ouragan Harvey ne facilitent pas non plus le redémarrage des raffineries. Plus de 4,1 millions de barils par jour de capacité de raffinage (22% du total aux Etats-Unis) sont aujourd’hui à l’arrêt. Si les dommages causés ne devraient pas être significatifs, la reprise sera lente. La compliance au sein de l’OPEP s’améliore, l’Irak ayant annoncé que sa production est passée à 4,32 millions de barils par jour, soit un niveau conforme à l’accord OPEP. Le prix des métaux précieux a une nouvelle fois bénéficié de la montée du risque géopolitique suite au tir de missile de la Corée du Nord qui a traversé l’archipel nippon et à un discours plus accommodant qu’attendu de Janet Yellen à Jackson Hole. L’once d’or a franchi la barre des 1300 dollars cette semaine pour la première fois depuis septembre 2016.

Revenus de capitaux mobiliers

L’ensemble de ces revenus sont désormais soumis au barème progressif de l’impôt sur le revenu. Par ailleurs, les contribuables percevant moins de 2 000 € d’intérêts dans l’année seront imposés au taux forfaitaire de l’acompte qui conservera ainsi, de fait, un caractère libératoire.

 

 

Dividendes

Intérêts

Prélèvement à la source à titre d’acompte d’IR

21 %

24%

Abattement

40 %

-

Déduction des droits de garde et frais divers CSG déductible (5.1%)

Oui

oui

Dispense de prélèvement selon le revenu fiscal de référence

50 000 € célibataire

75 000 €  couple

25 000 € célibataire

50 000 € couple

 

 

Plus-values de valeurs mobilières

 

  A compter du 1er janvier 2013 mise en place du Régime de droit commun

Les plus-values de cession de valeurs mobilières sont soumises au barème progressif de l’impôt sur le revenu. L’abattement pour durée de détention est :

 

Durée de détention

% abattement

< 2 ans

0 %

 

>  2 ans et < 8 ans

 

 

50 %

 

> 8 ans

 

65 %


Ce nouveau régime de droit commun des abattements est applicable rétroactivement aux cessions opérées à compter du 1er janvier 2013.

La plus-value imposable s'obtient en appliquant à la plus-value brute des abattements par année de détention du bien cédé.

Abattements pour durée de détention

Durée de détention

Abattement annuel

Abattement cumulé

Détermination du montant imposable à l’impôt sur le revenu :

De 6 à 21 ans

6%

96%

Au terme de 22 ans

4%

100%

Détermination du montant imposable aux prélèvements sociaux :

De 6 à 21 ans

1.65%

26.40%

De 21 à 22 ans

1.60%

28%

De 23 à 30 ans

9%

100%

 

 

 Taxe spécifique pour les plus-values supérieures à 50 000 euros

 

Montant de la plus-value imposable (PV)

Taux d'imposition

De 50.001 à 60.000 euros

2 % PV - (60.000 - PV) x 1/20

De 60.001 à 100.000 euros

2,00%

De 100.001 à 110.000 euros

3 % PV - (110.000 - PV) x 1/10

De 110.001 à 150.000 euros

3,00%

De 150.001 à 160.000 euros

4 % PV - (160.000 - PV) x 15/100

De 160.001 à 200.000 euros

4,00%

De 200.001 à 210.000 euros

5 % PV - (210.000 - PV) x 20/100

De 210.001 à 250.000 euros

5,00%

De 250.001 à 260.000 euros

6 % PV - (260.000 - PV) x 25/100

Supérieur à 260.000 euros

6,00%

L'équipe Acs Finances

 

57, Boulevard des Alpes 38240 MEYLAN

04 76 44 06 26

 

114, Avenue Jean Jaurès 26600 TAIN L’HERMITAGE

04 75 07 11 68

Vous disposez d'un droit d'accès, de rectification et d'opposition, dans le respect des dispositions légales et réglementaires en vigueur, aux informations vous concernant.