ACS FINANCES Meylan & Tain l'Hermitage

ACS FINANCES vous propose un conseil personnalisé délivré par des conseillers en gestion du patrimoine, spécialisés et passionnés par leur métier, expérimentés, stables et disponibles pour vous accompagner dans la réalisation de vos projets.

Conseils et suivi

Créé en 2005, ACS FINANCES met tout en œuvre pour vous apporter un conseil professionnel sur mesure. 

 

En savoir plus ...

Assurance vie

ACS FINANCES  vous propose un accès aux meilleurs contrats disponibles auprès d'un large choix de compagnies d'assurances.

En savoir plus ...

Valeurs Mobilieres

ACS FINANCES vous permet de bénéficier de l'accès à l'ensemble des valeurs mobilières sans frais supplémentaire.

En savoir plus ...

Defiscalisation

ACS FINANCES réalise l'analyse de votre situation fiscale et recherche une solution sur mesure. 

En savoir plus ...

Immobilier

Vous souhaitez investir dans l'immobilier, acquérir un bien neuf ou ancien ? ACS FINANCES vous accompagne dans votre recherche, et vous garantit un conseil professionnel et indépendant.

En savoir plus ...

Financement

ACS FINANCES recherche le financement de votre investissement et vous accompagne à chaque étape de votre projet. 

En savoir plus ...

ACTIONS EUROPEENNES Les marchés européens consolident au cours de cette deuxième semaine de janvier, dans des volumes qui restent modérés et dans un contexte de prix du baril de pétrole qui rebaisse légèrement. Par secteur, les valeurs financières sont un peu attaquées, de même que l’automobile et la pharmacie suite aux critiques de Donald Trump adressées contre la politique des prix pratiquée par les laboratoires. Dans l’automobile, alors que Volkswagen s’est mis d’accord avec les autorités américaines sur un montant d‘amende de 4,3 milliards de dollars, c’est au tour de Fiat d’être impliqué dans un scandale de triches aux émissions concernant ses véhicules diesel vendus aux Etats-Unis, entraînant un fort plongeon du titre. A l’inverse, le secteur du luxe est favorisé cette semaine par les chiffres publiés par Richemont, démontrant une très forte inflexion de croissance organique au 3e trimestre (à +5%) sur ses ventes de joaillerie en Asie (surtout en Chine). Dans la distribution, la publication de Metro pour le premier trimestre (octobre-décembre 2016) est un peu décevante. Les marges du groupe pourraient se retrouver sous pression. Marks and Spencer publie un chiffre d’affaires supérieur aux attentes à +2,3%. Dans l’industrie, Airbus profite d’une commande de 3,8 milliards de dollars auprès de la société américaine Aviation Capital Group. Du côté du M&A, Ipsen rachète un laboratoire de biotechnologie américain spécialisé dans l’oncologie et le traitement du cancer du pancréas. L’Oréal achète trois marques de cosmétiques à Valeant sur la base de ratios élevés (8X le CA).

ACTIONS AMERICAINES Les marchés actions américains sont restés relativement inchangés au cours d’une semaine marquée sur le plan politique par la première conférence de presse de Donald Trump et sur le plan de la politique monétaire par l’intervention de Janet Yellen. Le futur président a passé la majeure partie du temps à répondre à des questions personnelles, notamment concernant les rumeurs d’une vidéo compromettante réalisée en Russie en 2013 et la gestion des conflits d’intérêts latents entre son activité économique et son rôle politique. Lors de son intervention, Janet Yellen s’est exprimée quant à l’actuel environnement économique américain et estime qu’aucun obstacle ne devrait perturber sa solidité à court-terme. Ainsi, elle déclare que « le taux de chômage est historiquement bas, le marché du travail est solide et la croissance des salaires commence à repartir », tandis que « l’inflation a décollé de son plus bas niveau et ressort actuellement juste en dessous de l’objectif fixé par la Fed à 2%». Du côté des entreprises, le secteur de la santé a souffert de l’incertitude créée par l’intérêt croissant des Républicains pour la refonte de l’Affordable Care Act et les récents propos du président Trump à l’encontre du secteur pharmaceutique, estimant que le prix des médicaments devait être plus concurrentiel et que la production devait avoir lieu davantage aux Etats-Unis. Concernant le secteur automobile, l’EPA, le régulateur du secteur, a annoncé une enquête sur les pratiques de Fiat Chrysler et la possibilité d’une approche similaire à celle de Volkswagen pour truquer les résultats des tests d’émissions des moteurs diesels. Au cours de la semaine, le secteur des matériaux et la consommation discrétionnaire signent les meilleures performances. A l’opposé du spectre, l’immobilier et l’énergie enregistrent les plus fortes baisses.

ACTIONS JAPONAISES L’indice TOPIX a cédé 1,3% après un bon démarrage la semaine dernière. Les marchés actions nippons se sont montrés attentistes avec le mouvement du yen, tandis que les anticipations d’une révision en hausse des résultats des entreprises et le bénéfice de la stabilité politique ont continué d’attirer les investisseurs sur le marché. Les prévisions des analystes pour les perspectives de résultats des entreprises nippones, qui ont été relevées dans un contexte de recul du yen passant de 100 à 110, ont également soutenu le sentiment du marché. Cependant, cette semaine, les commentaires du Président élu Donald Trump sur le grand constructeur automobile japonais ont provoqué la prudence des investisseurs. Le grand gagnant est le secteur des produits pétroliers et gaziers (+1,5%), tandis que celui de l’assurance est le grand perdant depuis deux semaines avec une baisse de -3,7%. Toyota a perdu 2,9% à la suite des attaques sur Twitter de Donald Trump concernant son projet de construire de nouvelles usines au Mexique. Le PDG a annoncé un investissement de 10 milliards de dollars sur cinq ans, peu après son commentaire. SoftBank Group, qui a dévoilé son projet visant à investir 50 milliards de dollars et créer 50.000 emplois aux Etats-Unis, a bondi de 3,4%. Début décembre, le PDG s’est entretenu rapidement avec Donald Trump.

MARCHES EMERGENTS Les actions émergentes ont progressé pour atteindre un plus-haut sur deux mois, tirées par de bonnes performances en Russie, au Brésil, en Chine (Bourse de Hong Kong), en Inde et au Chili. Les actions coréennes ont réalisé un beau parcours et ont atteint un plus-haut depuis juillet 2015 après que Samsung Electronics a atteint un nouveau plus-haut historique. Les actions taïwanaises ont gagné 0,7% atteignant un plus-haut depuis juin 2015 et les actions russes libellées en dollars ont bondi de 2,1% d’une semaine sur l’autre. L’information majeure cette semaine a été la décision à l’unanimité du Comité de politique monétaire de la banque centrale brésilienne, connu sous l’acronyme COPOM, de baisser fortement ses taux d’intérêt, à savoir le taux directeur Selic, de 75 points de base, pour ressortir à 13%. Les deux précédentes baisses des taux par la banque dans ce contexte d’assouplissement étaient d’un quart de point chacune. L’accélération de l’assouplissement de la politique monétaire devrait être bien accueilli, les sorties de capitaux devraient être limitées tant que les rendements restent élevés et attrayants. De nouvelles baisses sont attendues cette année. En Inde, la baisse de l’inflation se poursuit pour atteindre 3,4% en décembre, soit presque un plus-bas depuis deux ans. La production industrielle a rebondi grâce à un faible effet de base, pas encore totalement convaincant mais au moins stabilisant. Les résultats du fournisseur indien de services informatiques, TCS, ont été un peu meilleurs que prévu avec une croissance du bénéfice par action de 10,9% en glissement annuel pour un chiffre d’affaires en hausse de 8%. Les marges devraient encore s’améliorer, pour atteindre 30% contre 29,1% l’an dernier. L’idée persistante selon laquelle Donald Trump mènerait une politique moins dure que le Président Obama, et les espoirs d’un assouplissement des sanctions occidentales imposées à Moscou lors de la crise en Ukraine, sont autant d’éléments qui soutiennent les prix des actifs russes. En Chine, l’inflation sur les produits industriels (IPP) s’est accélérée, en hausse de 5,5% en décembre, grâce à une baisse de l’effet de base (IPP en recul de 6% en décembre 2015) et la hausse des prix des matières premières. L’inflation de l’IPC s’est stabilisée en raison d’un effet de base élevé et d’une décélération de la hausse des prix de l’alimentaire. L’IPC ressort actuellement à 2,1%. Cette tendance est positive pour la croissance bénéficiaire future au sein de secteurs tels que l’énergie, les matériaux, la finance et l’industrie.

MATIERES PREMIERES Les prix du pétrole ont été plus volatiles sur la semaine, avec un point bas à 53 dollars le baril pour le Brent avant de repasser au-dessus des 55 dollars le baril. La faiblesse a été alimentée par le niveau record d’exportation de pétrole en provenance d’Irak (3,51 millions de barils par jour en décembre depuis les ports du Golfe Persique) faisant craindre un manque de respect des quotas. Les nouvelles en provenance d’autres producteurs (Angola, Arabie Saoudite, Émirats arabes unis - EAU, Koweït, Oman, Qatar) sont cependant positives. L’Arabie saoudite a même indiqué qu’elle avait réduit sa production en-dessous des 10 millions de barils par jour, alors que son quota est de 10,058 millions de barils par jour. La Russie semble également participer, avec une baisse de production de 100.000 barils par jour en janvier à 11,1 millions de barils par jour. Les chiffres de commerce extérieur de la Chine pour le mois de décembre restent bien orientés. Les importations de pétrole atteignent même un niveau record à 8,57 millions de barils par jour, +12,5% mensuellement et +14% sur 2016. La compagnie nationale CNPC anticipe pour 2017 une croissance de la demande du pays de 3,4% à 11,88 millions de barils par jour.

Du côté des métaux, les importations de cuivre ont été fortes en décembre (+29% mensuellement, +2% sur 2016), alors que celles de minerai de fer se stabilisent (-3% en décembre, +7% sur 2016) et confirment globalement l’amélioration de la demande chinoise. Les prix des métaux ressortent ainsi en hausse sur la semaine, une hausse accentuée par le regain de faiblesse du dollar, pénalisé par le manque de direction économique issue du premier discours de Donald Trump. Le nickel ne bénéficie pas de cette tendance. Le gouvernement indonésien vient d’assouplir certaines interdictions d’exportation de minerai de faible teneur. Le pays était traditionnellement un exportateur important de minerai de nickel et de bauxite (matière première de l’alumine servant à produire l’aluminium), mais avait mis en place depuis 2014 une interdiction à l’exportation de ces minerais, afin de promouvoir une industrie locale de transformation, et ainsi exporter du métal plutôt que du minerai. S’il est encore trop tôt pour anticiper les volumes de minerai pouvant être dorénavant exportés, le niveau de déficit précédemment anticipé sur le marché du nickel devrait diminuer, limitant ainsi la hausse du prix. L’or profite également de la faiblesse du dollar pour se rapprocher des 1200$/oz.

Revenus de capitaux mobiliers

L’ensemble de ces revenus sont désormais soumis au barème progressif de l’impôt sur le revenu. Par ailleurs, les contribuables percevant moins de 2 000 € d’intérêts dans l’année seront imposés au taux forfaitaire de l’acompte qui conservera ainsi, de fait, un caractère libératoire.

 

 

Dividendes

Intérêts

Prélèvement à la source à titre d’acompte d’IR

21 %

24%

Abattement

40 %

-

Déduction des droits de garde et frais divers CSG déductible (5.1%)

Oui

oui

Dispense de prélèvement selon le revenu fiscal de référence

50 000 € célibataire

75 000 €  couple

25 000 € célibataire

50 000 € couple

 

 

Plus-values de valeurs mobilières

 

  A compter du 1er janvier 2013 mise en place du Régime de droit commun

Les plus-values de cession de valeurs mobilières sont soumises au barème progressif de l’impôt sur le revenu. L’abattement pour durée de détention est :

 

Durée de détention

% abattement

< 2 ans

0 %

 

>  2 ans et < 8 ans

 

 

50 %

 

> 8 ans

 

65 %


Ce nouveau régime de droit commun des abattements est applicable rétroactivement aux cessions opérées à compter du 1er janvier 2013.

La plus-value imposable s'obtient en appliquant à la plus-value brute des abattements par année de détention du bien cédé.

Abattements pour durée de détention

Durée de détention

Abattement annuel

Abattement cumulé

Détermination du montant imposable à l’impôt sur le revenu :

De 6 à 21 ans

6%

96%

Au terme de 22 ans

4%

100%

Détermination du montant imposable aux prélèvements sociaux :

De 6 à 21 ans

1.65%

26.40%

De 21 à 22 ans

1.60%

28%

De 23 à 30 ans

9%

100%

 

 

 Taxe spécifique pour les plus-values supérieures à 50 000 euros

 

Montant de la plus-value imposable (PV)

Taux d'imposition

De 50.001 à 60.000 euros

2 % PV - (60.000 - PV) x 1/20

De 60.001 à 100.000 euros

2,00%

De 100.001 à 110.000 euros

3 % PV - (110.000 - PV) x 1/10

De 110.001 à 150.000 euros

3,00%

De 150.001 à 160.000 euros

4 % PV - (160.000 - PV) x 15/100

De 160.001 à 200.000 euros

4,00%

De 200.001 à 210.000 euros

5 % PV - (210.000 - PV) x 20/100

De 210.001 à 250.000 euros

5,00%

De 250.001 à 260.000 euros

6 % PV - (260.000 - PV) x 25/100

Supérieur à 260.000 euros

6,00%

L'équipe Acs Finances

 

57, Boulevard des Alpes 38240 MEYLAN

04 76 44 06 26

 

114, Avenue Jean Jaurès 26600 TAIN L’HERMITAGE

04 75 07 11 68

Vous disposez d'un droit d'accès, de rectification et d'opposition, dans le respect des dispositions légales et réglementaires en vigueur, aux informations vous concernant.