ACS FINANCES Meylan & Tain l'Hermitage

ACS FINANCES vous propose un conseil personnalisé délivré par des conseillers en gestion du patrimoine, spécialisés et passionnés par leur métier, expérimentés, stables et disponibles pour vous accompagner dans la réalisation de vos projets.

Conseils et suivi

Créé en 2005, ACS FINANCES met tout en œuvre pour vous apporter un conseil professionnel sur mesure. 

 

En savoir plus ...

Assurance vie

ACS FINANCES  vous propose un accès aux meilleurs contrats disponibles auprès d'un large choix de compagnies d'assurances.

En savoir plus ...

Valeurs Mobilieres

ACS FINANCES vous permet de bénéficier de l'accès à l'ensemble des valeurs mobilières sans frais supplémentaire.

En savoir plus ...

Defiscalisation

ACS FINANCES réalise l'analyse de votre situation fiscale et recherche une solution sur mesure. 

En savoir plus ...

Immobilier

Vous souhaitez investir dans l'immobilier, acquérir un bien neuf ou ancien ? ACS FINANCES vous accompagne dans votre recherche, et vous garantit un conseil professionnel et indépendant.

En savoir plus ...

Financement

ACS FINANCES recherche le financement de votre investissement et vous accompagne à chaque étape de votre projet. 

En savoir plus ...

ACTIONS EUROPEENNES Les marchés européens consolident post-élection présidentielle d’Emmanuel Macron en France. L’influence importante des publications de résultats du trimestre est toujours présente. Les banques, les télécoms, les médias et la construction déclinent cette semaine alors que l’énergie et la santé sont bien orientées. Les bonnes publications trimestrielles se poursuivent. C’est notamment le cas pour les valeurs bancaires. Natixis dévoile un bon premier trimestre (8% au dessus du consensus). Chez ING, toutes les divisions (à l’exception du retail en Belgique) ont d’excellentes performances. Crédit Agricole communiquent des chiffres rassurants dans tous ses métiers et des coûts maîtrisés. Dans les télécoms, Deutsche Telekom publie en ligne alors que les tendances faibles en Espagne pèsent sur le résultat de Telefonica. SFR est plutôt bien orienté. Les résultats de Diageo sont en ligne au niveau du chiffre d’affaires et les guidances 2017 sont maintenues. Chez Eiffage, le chiffre d’affaires progresse de 8% et le carnet de commandes est en hausse de 7,7%, ce qui confirme la reprise de la construction en France, tirée par le résidentiel et le Grand Paris. Eni dévoile un bon premier trimestre et une très forte génération de cash à 2,6 milliards d’euros. Le bénéfice net d’Ahold Delhaize est en hausse de 73% pour le 1er trimestre malgré un environnement déflationniste défavorable aux Etats-Unis. Du côté du M&A, Akzo Nobel a refusé la troisième offre de rachat de la part de PPG. Ce dernier a jusqu’au 1er juin prochain pour déposer des documents d’OPA auprès des autorités néerlandaises. Danone serait pour sa part en discussions avec le chinois Yili Industrial pour racheter Stonyfield (yaourts bio) pour 850 millions de dollars, soit une valorisation supérieure aux attentes. Adidas a cédé ses marques de golf RTaylorMade, Adams Golf et Ashworth à un fonds de private equity, KPS Capital Patner, pour 425 millions de dollars. Enfin, le projet d’OPA de Vivendi sur Havas à 9,25 euros par titre, soit une prime de 8,8%, a été annoncé hier soir.

ACTIONS AMERICAINES Semaine de légère consolidation sur le S&P, tandis que le Nasdaq bat de nouveaux records historiques, atteignant les 6.130 points. Le calme a régné sur le front des données macroéconomiques, alors même que la saison des résultats trimestriels touche à sa fin. Les Etats-Unis et la Chine ont signé un accord commercial dans lequel Pékin laissera l’accès à son marché pour les producteurs de bœuf américains, aux entreprises de paiements électroniques et aux producteurs de gaz naturel. Cet accord est bien loin des déclarations de Donald Trump sur la Chine il y a quelques semaines. Il rappelle le revirement du président américain sur le Nafta il y a à peine deux semaines, puisqu’il n’envisage plus de sortie unilatérale de cet accord. Pour l’heure, 455 sociétés ont dévoilé leurs résultats du premier trimestre. 339 publications sont ressorties au-dessus des attentes, tandis que 107 ont déçu. L’agrégat fait ressortir un BPA de 30,71 dollars, soit 14,59% au-dessus des résultats du premier trimestre 2016, 5,14% supérieur aux anticipations du consensus à 29,21 dollars. La capitalisation boursière d’Apple atteint un niveau record à plus de 800 milliards de dollars. Valeant s’est adjugé près de 9% suite au dénouement favorable concernant le contentieux autour du Xifaxan. Whole Foods Market progresse de plus de 2% après l’annonce de bons chiffres et d’un programme de rachats de titres. Les compagnies aériennes ont profité du trafic solide présenté par American Airlines. AAL et UAL gagnent près de 5%. De bon chiffres également pour Marriott qui progresse de 6%. Disney a été sanctionné par le marché (déception sur les recettes publicitaires et sur le segment « consumer ») dans une saison de résultats qui aura été compliquée pour le secteur des médias. Au cours des cinq derniers jours, les valeurs du secteur de l’énergie et de la technologie signent des progressions significatives. Les valeurs financières et la santé ferment quant à elles la marche.

ACTIONS JAPONAISES Les actions japonaises ont fini la semaine en hausse : +2,3% pour l'indice TOPIX. Le Nikkei 225 a atteint son plus haut niveau depuis 17 mois au cours de la semaine, porté par la dépréciation constante du yen face au dollar américain. En outre, l'afflux de capitaux étrangers vers les actions japonaises, qui s'élève à 910 milliards de yens depuis le mois d'avril, a contribué à la hausse des cours. Vers la fin de la semaine, l'indice Nikkei 225 a flirté avec le seuil des 20.000 points sans parvenir à l'atteindre en raison des prises de bénéfices. Au cours de la période, les secteurs du transport aérien (+5%), de l'information et de la communication (+4,2%) et de la construction (+3,7%) ont fait la course en tête.

MARCHES EMERGENTS Les marchés émergents ont fini la semaine en hausse de 2% (performance exprimée en dollars). Dans l'ensemble, les résultats du premier trimestre ont été satisfaisants. En Chine, le bénéfice par action (BPA) a progressé de 22% et les entreprises ont augmenté leurs dividendes pour la première fois. Du côté des statistiques macroéconomiques, les exportations sont ressorties en hausse de 8% en avril (un chiffre inférieur à celui prévu par le consensus mais stable par rapport au premier trimestre) ; les importations sont ressorties en hausse de 12% (le consensus tablait sur +18%) en raison de la baisse des cours des matières premières. Les réserves de change ont augmenté pour le troisième mois d'affilée. L'inflation des prix à la consommation a été de 1,2% en avril, un chiffre légèrement supérieur à la prévision du consensus. L'inflation sous-jacente est ressortie à 2,1%. En Inde, les entreprises ont publié des résultats conformes aux attentes. Dans le domaine des biens d'équipement, Havells a fait état d'une hausse de 20% de son BPA (hors éléments non-récurrents). Dans le domaine de la consommation, Zee TV a réussi à améliorer ses marges malgré la stagnation de son chiffre d'affaires et Godrej Consumer a annoncé des résultats meilleurs que prévu (+22% en glissement annuel). En Corée du Sud, l'événement marquant a été la victoire de Moon Jae-In lors de l'élection présidentielle et l'accession au pouvoir du Parti libéral. Le nouveau président coréen souhaite reprendre les pourparlers avec la Corée du Nord, ce qui pourrait améliorer indirectement les relations avec la Chine. Cela pourrait avoir un impact positif sur les exportations coréennes. Au Brésil, les résultats se sont avérés meilleurs que prévu, notamment les marges EBITDA grâce à une diminution des charges financières. Le chiffre d'affaires de l'équipementier automobile Randon est une nouvelle fois ressortie en baisse mais sa marge EBITDA a bondi de 200 points de base en glissement annuel, à 8,3% (le consensus tablait sur 7,3%) grâce à une bonne maîtrise des coûts et à des gains de parts de marché (baisse des importations). Au Mexique, l'actualité microéconomique a été marquée par la hausse de 10% du chiffre d'affaires de Walmex à périmètre constant en avril (le consensus tablait sur 8%). En Argentine, l'inflation s'est avérée plus forte que prévu en avril (+2,6% en glissement mensuel). La banque centrale devrait donc laisser ses taux inchangés à 26%. Les banques du pays ont présenté des résultats satisfaisants avec une expansion du crédit de 35%, conforme à leurs prévisions pour 2017 (corrigée de l'inflation, l'expansion est comprise entre 10 et 15%).

MATIERES PREMIERES Retour à la normal ou simple répit sur le marché du pétrole ? Toujours est-il qu’après l’excès de la semaine dernière, avec un plus bas à 46,6 dollars le baril sur le Brent (43,8 dollars le baril sur le WTI), le cours du pétrole est repassé au-dessus des 50 dollars le baril pour le Brent (48 dollars le baril pour le WTI). Cette volatilité excessive est à nouveau liée à l’évolution des stocks américains. Les stocks de brut ont cette fois-ci enregistré une baisse significative de 5,2 millions de barils, soit la plus forte baisse en 2017. Cette baisse reflète une importante réduction des importations, un indicateur d’une diminution des stocks flottants (sur tankers) qui avaient limité jusqu’à présent la baisse des stocks. L’OPEP a par ailleurs publié son rapport mensuel, qui met en avant un niveau de respect des quotas de production toujours très élevé, à 111% contre 110% en mars. L’OPEP révise à la hausse de +373.000 barils par jour ses estimations de croissance de l’offre mondiale hors OPEP, portant la croissance à +950.000 barils par jour sur l’année 2017. La croissance de la demande reste inchangée, à +1,27 million de barils par jour. La publication importante à venir est celle de l’Agence Internationale de l’Energie, le 16 mai prochain. Le chiffre à regarder, au-delà des révisions des perspectives de croissance, est celui du niveau des stocks mondiaux à fin mars. En attendant la réunion OPEP du 25 mai, les ministres irakien et algérien de l’Energie ont confirmé le soutien de l’ensemble des membres à une prolongation des coupes pour six mois supplémentaires. Autre réunion importante à venir : le forum One Belt, One Road (Nouvelle route de la soie) les 14 et 15 mai à Pékin. Les secteurs des transports, des infrastructures, de l’énergie et des télécoms entre autres sont concernés. Peu d’annonces chiffrées à attendre, mais plutôt une confirmation de l’importance stratégique de ce projet, qui contribuera à la demande de matières premières (acier, cuivre et aluminium notamment). Par ailleurs, les fermetures de capacités se poursuivent en Chine dans l’acier et le charbon, contribuant à l’assainissement de ces industries.

MARCHES EMERGENTS La correction des cours des matières premières et l'appréciation du dollar ont enrayé le solide rebond enregistré par les marchés émergents depuis le début de l'année. Les marchés les plus performants depuis le 1 er janvier, à l'instar du Brésil et de l'Argentine, se sont retrouvés sous pression cette semaine. Les cours des matières premières sont, en effet, un facteur important de la performance des marchés émergents. Ils revêtent toutefois une importance secondaire par rapport au différentiel de croissance et à la performance du crédit entre les marchés émergents et les marchés développés. La situation n'a pourtant guère changé dans ces deux domaines cette semaine, et son évolution a même été plutôt favorable aux marchés émergents. Le compte rendu de la réunion de la banque centrale du Brésil, publié une semaine après la confirmation d'une baisse de taux de 75 points de base, donne également des perspectives encourageantes. En Chine, la session annuelle du Congrès national du peuple s'ouvre ce dimanche. Le Premier ministre Li Keqiang dressera le bilan de l'année dernière et fixera les objectifs de croissance économique pour 2017. Les marchés attendent des annonces positives et détaillées sur de nouvelles réformes axées sur l'offre, en particulier dans les secteurs des matériaux et de l'industrie.  À noter que lors des 12 derniers mois, la balance commerciale entre la Chine et les États-Unis dans les domaines du minerai de fer et de l'acier s'est rapprochée de l'équilibre. L'instauration aux ÉtatsUnis de droits de douane sur les importations aurait donc un impact très limité. Pékin devrait également poursuivre la réduction des capacités de production dans le ciment, les mines de charbon et l'aluminium. Sberbank, la principale banque russe, détenue à hauteur de 50% par la banque centrale du pays, a publié de bons résultats relatifs au quatrième trimestre 2016. Son bénéfice de 141 milliards de roubles est nettement supérieur aux attentes des marchés grâce à la bonne tenue de son revenu net d'intérêts (+20% sur un an) et à la forte baisse de ses provisions. Son rendement des capitaux propres a bondi pour atteindre 20% sur le trimestre.

MATIERES PREMIERES Les métaux industriels se sont relativement bien tenus cette semaine malgré l’appréciation du dollar. La publication des indices PMI de février confirme une accélération généralisée de l’activité manufacturière, notamment en Chine et aux Etats-Unis, de bonne augure pour la demande en produits de base. La politique chinoise devrait rester un facteur déterminant pour les marchés de matières premières cette année. Après avoir éliminé 65 millions de tonnes de capacité dans l’acier en 2016, la Chine devrait se focaliser en 2017 sur la rationalisation de son outil de production dans l’aluminium tout en maintenant ses efforts dans l’acier. Selon certaines rumeurs, la province du Hebei envisagerait de couper sa production d’aluminium et d’alumine de 30% durant l’hiver 2017. Les prix de l’aluminium et du minerai de fer ont réagi à ces annonces, prenant plus de 2% sur la semaine. La situation n’a pas vraiment évolué dans le cuivre avec l’arrêt de production des deux plus grandes mines du monde : Escondida (Chili) et Grasberg (Indonésie). La production chilienne a baissé de 2,6% en janvier, et devrait continuer de ralentir en février suite à ces interruptions. Du côté de la demande, la chine a annoncé son budget 2017 alloué au réseau de transport d’électricité, en hausse de +6% sur un an, mais c’est surtout la hausse des volumes de câbles (+25% sur un an à 58.000 km) qui est extrêmement positif pour la demande de cuivre. Le métal rouge ressort ainsi en hausse sur la semaine.

L’or a perdu 2% et se rapproche des 1225 dollars l’once, impactée par la hausse du billet vert et par différents discours de membres de la Fed en faveur d’une hausse de taux en mars. Alors que la probabilité d’une hausse de taux en mars était de 40% en fin de semaine dernière, celle-ci s’élève désormais à 90%. En hausse de 16% depuis le début de l’année, les mines d’or ont perdu 8,5% cette semaine, ce qui constitue un bon point d’entrée. Les prix du pétrole ont clôturé la semaine en baisse, impactés par des stocks de brut américains qui ne fléchissent pas, et une production en hausse de 31.000 barils par jour à 9,03 millions de barils par jour selon le département de l’Energie. Pour terminer sur une bonne nouvelle, les importations de bruts en Chine ont cru de +27,5% en janvier et la consommation de produits pétroliers est restée bien orientée (+4,5% en janvier). 

Revenus de capitaux mobiliers

L’ensemble de ces revenus sont désormais soumis au barème progressif de l’impôt sur le revenu. Par ailleurs, les contribuables percevant moins de 2 000 € d’intérêts dans l’année seront imposés au taux forfaitaire de l’acompte qui conservera ainsi, de fait, un caractère libératoire.

 

 

Dividendes

Intérêts

Prélèvement à la source à titre d’acompte d’IR

21 %

24%

Abattement

40 %

-

Déduction des droits de garde et frais divers CSG déductible (5.1%)

Oui

oui

Dispense de prélèvement selon le revenu fiscal de référence

50 000 € célibataire

75 000 €  couple

25 000 € célibataire

50 000 € couple

 

 

Plus-values de valeurs mobilières

 

  A compter du 1er janvier 2013 mise en place du Régime de droit commun

Les plus-values de cession de valeurs mobilières sont soumises au barème progressif de l’impôt sur le revenu. L’abattement pour durée de détention est :

 

Durée de détention

% abattement

< 2 ans

0 %

 

>  2 ans et < 8 ans

 

 

50 %

 

> 8 ans

 

65 %


Ce nouveau régime de droit commun des abattements est applicable rétroactivement aux cessions opérées à compter du 1er janvier 2013.

La plus-value imposable s'obtient en appliquant à la plus-value brute des abattements par année de détention du bien cédé.

Abattements pour durée de détention

Durée de détention

Abattement annuel

Abattement cumulé

Détermination du montant imposable à l’impôt sur le revenu :

De 6 à 21 ans

6%

96%

Au terme de 22 ans

4%

100%

Détermination du montant imposable aux prélèvements sociaux :

De 6 à 21 ans

1.65%

26.40%

De 21 à 22 ans

1.60%

28%

De 23 à 30 ans

9%

100%

 

 

 Taxe spécifique pour les plus-values supérieures à 50 000 euros

 

Montant de la plus-value imposable (PV)

Taux d'imposition

De 50.001 à 60.000 euros

2 % PV - (60.000 - PV) x 1/20

De 60.001 à 100.000 euros

2,00%

De 100.001 à 110.000 euros

3 % PV - (110.000 - PV) x 1/10

De 110.001 à 150.000 euros

3,00%

De 150.001 à 160.000 euros

4 % PV - (160.000 - PV) x 15/100

De 160.001 à 200.000 euros

4,00%

De 200.001 à 210.000 euros

5 % PV - (210.000 - PV) x 20/100

De 210.001 à 250.000 euros

5,00%

De 250.001 à 260.000 euros

6 % PV - (260.000 - PV) x 25/100

Supérieur à 260.000 euros

6,00%

L'équipe Acs Finances

 

57, Boulevard des Alpes 38240 MEYLAN

04 76 44 06 26

 

114, Avenue Jean Jaurès 26600 TAIN L’HERMITAGE

04 75 07 11 68

Vous disposez d'un droit d'accès, de rectification et d'opposition, dans le respect des dispositions légales et réglementaires en vigueur, aux informations vous concernant.