ACS FINANCES Meylan & Tain l'Hermitage

ACS FINANCES vous propose un conseil personnalisé délivré par des conseillers en gestion du patrimoine, spécialisés et passionnés par leur métier, expérimentés, stables et disponibles pour vous accompagner dans la réalisation de vos projets.

Conseils et suivi

Créé en 2005, ACS FINANCES met tout en œuvre pour vous apporter un conseil professionnel sur mesure. 

 

En savoir plus ...

Assurance vie

ACS FINANCES  vous propose un accès aux meilleurs contrats disponibles auprès d'un large choix de compagnies d'assurances.

En savoir plus ...

Valeurs Mobilieres

ACS FINANCES vous permet de bénéficier de l'accès à l'ensemble des valeurs mobilières sans frais supplémentaire.

En savoir plus ...

Defiscalisation

ACS FINANCES réalise l'analyse de votre situation fiscale et recherche une solution sur mesure. 

En savoir plus ...

Immobilier

Vous souhaitez investir dans l'immobilier, acquérir un bien neuf ou ancien ? ACS FINANCES vous accompagne dans votre recherche, et vous garantit un conseil professionnel et indépendant.

En savoir plus ...

Financement

ACS FINANCES recherche le financement de votre investissement et vous accompagne à chaque étape de votre projet. 

En savoir plus ...

Les marchés d’actions se sont globalement bien comportés cette semaine. Leur évolution a plus dépendu de leur perception des négociations entre les USA et la Chine sur les mesures d’ouverture des marchés ou de protectionnisme que des anticipations de taux d’intérêt ou de dynamisme du cycle économique. Sur ce point, les prochains jours apporteront plus d’informations sous forme de premières publications de résultats. Autre élément tangible cette semaine, le surcroit de tension en Syrie qui a conduit à une augmentation du prix du pétrole qui dépasse aujourd’hui les 72 $/baril. La prudence sur les obligations d’Etat « Core Zone Euro » demeure et oblige à une gestion très tactique des produits de taux dans leur ensemble.

 

<001001_1.jpg> ACTIONS EUROPEENNES 

Les marchés actions ont fluctué au gré des évolutions sur le front des tensions géopolitiques, entre le différend commercial opposant la Chine et les Etats-Unis, une possible intervention militaire en Syrie ou les sanctions US contre la Russie. La hausse du baril a particulièrement profité aux valeurs du secteur parapétrolier (TechnipFMC, Saipem, Tenaris). Le secteur du Luxe a également profité de résultats trimestriels d’excellente facture pour LVMH. La croissance organique au T1 ressort à plus de 13%, et le titre est particulièrement récompensé par le marché, entrainant Kering dans son sillage. La performance sur le trimestre 1 de la division luxe de L’Oréal, dopée par l’Asie, ainsi que de sa division cosmétiques profitent également à la valeur. Le secteur automobile a quant à lui été recherché suite à la promesse du président Xi de baisser significativement les taxes sur les véhicules importés en Chine. Les valeurs exposées à la Russie ont en revanche été pénalisées. Volkswagen a annoncé la nomination de Herbert Diess en tant que nouveau CEO. Le directoire est par ailleurs fortement remanié, le groupe prépare une future IPO du pôle poids-lourds Volkswagen Trucks & Bus et projette enfin une alliance stratégique avec le japonais Hino (Toyota). Le fonds de Private Equity Francisco Partner a annoncé une offre sur VeriFone, avec une prime de 54%. Ingenico a monté dans la foulée. Enfin, le fonds activiste Elliot a confirmé avoir renforcé sa position au capital de Telecom Italia à environ 9% en amont de l’AG du 24 avril.

 

<001001_2.jpg> ACTIONS AMERICAINES

Belle semaine pour les marchés US, le S&P progresse de 2.3% et le Nasdaq s’adjuge 3.3%. Le marché a interprété les postures de l’administration Trump sur la question des tarifs douaniers comme étant plus accommodantes. La progression des indices a également été alimentée par la volonté des investisseurs de se positionner en amont de la saison des résultats, ceux-ci devant bénéficier de l’accélération cyclique vécue depuis le début de l’année et de l’impact de la réforme fiscale. Pour le premier trimestre, le consensus table sur une croissance des ventes de +10% et des bénéfices de +17%, la plus forte depuis 2011. Les chiffres de l’inflation, au sens du CPI, sont ressortis en ligne avec les attentes avec une progression de 2.4% en base annuelle. Les minutes de la dernière réunion de la Fed n’ont pas dévoilé de véritable surprise. Le ton général est très équilibré, réitérant largement les propos de Powell lors de son discours inaugural. Les perspectives économiques et les conditions financières s’améliorent mais à un rythme suffisamment contenu pour ne pas altérer la politique monétaire. La « gradualité » du resserrement monétaire reste le maître mot. En revanche, ces minutes révèlent que les membres votants estiment qu’une guerre commerciale aurait un impact sur la croissance US. La progression du marché a favorisé les secteurs aux plus fort beta. Les grands gagnants de la semaine sont la technologie, aidée par la bonne réaction de Facebook suite à l’audition de Mark Zuckerberg par le Congrès, l’énergie et les financières.

 

<001001_3.jpg> ACTIONS JAPONAISES 

Les actions japonaises ont achevé la semaine sur une note stable, avec des fluctuations peu marquées. L'indice TOPIX a cédé 0,05 %. Malgré une prévision antérieure médiocre, les commandes de machines, un indicateur avancé de l’investissement en équipements dans le secteur privé, se sont avérées meilleures que prévu en février : elles sont ressorties à leur plus haut niveau depuis dix ans dans l'industrie manufacturière à la faveur de la bonne tenue de l'investissement productif. Toutefois, la progression des actions a été freinée par le risque de contraction de l’investissement liée au différend commercial entre les États-Unis et la Chine. De nombreux investisseurs sont restés attentistes.

 

<001001_4.jpg> MARCHES EMERGENTS

La semaine fut agitée sur les marchés émergents avec l’absence de cotation des obligations émises par Rusal  et d’éventuelles sanctions accrues contre la Russie qui a engendré une sortie massive de capitaux et une dépréciation jusqu’à 8% du Rouble en 1 semaine malgré le rebond des prix du pétrole qui devrait doper significativement les exportations russes.

Sur le chapitre de la guerre commerciale sino-américaine, il y a une volonté d’apaisement des autorités chinoises qui parlent de réduire les droits d’importation sur l’automobile et d’assouplir les règles de détention des partenaires étrangers dans les Joint-Ventures. Une baisse de 10 - 15% de taxe douanière rendrait certains modèles haut de gamme fabriqués en Chine moins compétitifs vis-à- vis des modèles importés. Le gouverneur de la PBoC a multiplié les signes d’accélération d’ouverture du marché financier en Chine durant le forum Boao (l’équivalent chinois de DAVOS) : le quota du Hong Kong Connect sera quadruplé à partir du 1er mai ; les entreprises étrangères pourront désormais contrôler jusqu'à 51% des JVs dans le courtage, la gestion d'actifs et l’assurance. Il a aussi promis de ne pas dévaluer le RMB en cas d'intensification des frictions commerciales.

La banque centrale coréenne a laissé son taux directeur inchangé à 1.5%.

En Inde, afin de pénétrer le marché naissant de la grande distribution, Amazon et Walmart déposent des offres concurrentes féroces pour prendre une participation minoritaire de Flipkart, la plus grande société de E-commerce indienne. L’annonce des projets d’infrastructure reste toujours faible : -52% pour l’année fiscale 018.

Au Mexique, l’inflation en mars est plus basse que prévue à +5,04%. La croissance de la production industrielle était à 0,7% en février, en-dessous des attentes de 1,2%. L’inflation continue de baisser au Brésil : 2,68% en mars, versus 2,84% en février. Malgré la forte volatilité créée par le risque protectionniste, la montée des taux d’intérêt et des tensions géopolitiques croissantes, les marchés émergents continuent de surperformer les marchés développés depuis le début de l’année. En Chine en particulier, les importants efforts pour contrôler la dette et les politiques stimulant l’innovation sont des vecteurs assez puissants pour lui permettre de générer une contribution positive depuis le début de l’année (+0.65% en EUR) en dépit des bruits de guerre commerciale. Les investisseurs gardent donc la tête froide pour l’instant…

 

<001001_5.jpg> MATIERES PREMIERES

La semaine a vu une forte appréciation des cours du pétrole (Brent +8%, WTI +6%), le Brent dépassant les 73$/b pour la première fois depuis novembre 2014 (à l’époque, le brent était sur la pente qui l’a fait passer de 100$/b en juin 2014 à 45$/b en janvier 2015). La hausse récente est liée à la fois à l’augmentation du risque géopolitique et à l’amélioration des fondamentaux. L’accentuation des tensions autour de la Syrie a un impact limité sur la production de pétrole (production de 15kb/j alors qu’elle était de 400kb/j avant 2011), mais porte le risque de conflit indirect entre les Etats-Unis (inclus France, Royaume-Uni, Israël) et la Russie (inclus Hezbollah et Iran). La situation au Yemen, qui entraine un affrontement indirect entre l’Arabie Saoudite et l’Iran, fait moins la une de l’actualité, mais pose une menace plus importante sur les exportations de pétrole (5Mb/j passent par le Golfe d’Aden). Ces conflits augmentent le risque de voir les Etats-Unis sortir de l’accord sur le nucléaire Iranien, qui doit être renouvelé le 12 mai. Cependant, au vu de la méthode de Monsieur TRUMP et de ses revirements fréquents, l’espoir reste permis pour les diplomates. On peut estimer à 5$/b la prime de risque actuelle dans les cours du pétrole. Les fondamentaux, quant à eux, poursuivent leur amélioration, comme le montrent les rapports mensuels de l’agence américaine (EIA), de l’OPEP et de l’agence internationale de l’énergie (AIE). Ils font apparaitre :

1/ une moindre révision à la hausse de la production US par rapport à la tendance des 6 derniers mois, notamment due à l’apparition de goulots d’étranglement dans les capacités de transports par pipelines,

2/ une baisse de la production de l’OPEP de 200kb/j en mars comparé à février (le Venezuela toujours en baisse, auquel s’ajoute l’Angola),

3/ une demande inchangée malgré l’impact de prix plus élevés.

Le résultat de l’équation est une nouvelle baisse des stocks OCDE, qui se situent maintenant à 2841Mb pour le brut, soit 26Mb au-dessus de la moyenne à 5 ans. Selon l’AIE, la moyenne devrait être atteinte en mai. Rappelons que l’OPEP et la Russie envisagent de passer à une moyenne à 7 ans, prolongeant ainsi l’effort de réduction des productions.

L’once d’or ne profite que modérément des tensions géopolitiques actuelles, tout en se maintenant à un niveau de prix élevé, entre 13210 et 13060$/oz. Depuis le début de l’année, les flux sur les ETF aurifères ont augmenté de 1,7Moz sur un total de 73,3Moz.

 

<001001_6.jpg> DETTES D'ENTREPRISES

Crédit

L’annonce de la Chine quant à l’abaissement des droits de douane sur certains produits et la rhétorique plus rassurante de Monsieur TRUMP sur le commerce ont entrainé une hausse du marché cette semaine. Certains émetteurs russes ont cependant été particulièrement impactés par les sanctions américaines envers la Russie. Les obligations émises par Raiffeisen ont beaucoup souffert en début de semaine dû à l’exposition russe de la banque. Le marché primaire a été très actif. Fives (B3/B+), groupe d’ingénierie industriel, a émis deux souches obligataires, à taux fixe (5%) et flottant avec une maturité de 7 ans pour 600 millions d’euros. Vallourec (B), fabricant de tubes en acier, a émis des obligations pour 400 millions d’euros avec une maturité de 5.5 ans et un coupon de 6.375%.

IMPOT SUR LE REVENU

Revalorisation de 1% des tranches de revenus du barèmes de l’impôt ainsi que les seuils qui lui sont associés.

Majoration de 1,7 point de la contribution sociale généralisée (CSG).

 

PRELEVEMENT A LA SOURCE

Report de la mesure pour les revenus de 2019.

 

MISE EN PLACE DE LA FLAT TAX

Mise en place d’un taux forfaitaire unique d’imposition des revenus mobiliers de 30 % (Impôt sur le revenu de 12.8% + CSG de 17.2%)

Possibilité pour les contribuables d’opter pour la soumission de leurs revenus mobiliers au barème de l’IR.

Revenus soumis à la Flat Tax :

- L’ensemble des revenus de capitaux mobiliers (intérêts, revenus distribués et revenus assimilés),

- Les produits des contrats d’assurance vie afférents à de nouveaux versements (primes versées à compter du 27 septembre 2017, les produits afférents à des versements antérieurs à cette date continueront d’être imposés suivant le régime actuel),

 

PLUS VALUES MOBILIERES

Les plus-values de cession de valeurs mobilières, droits sociaux et titres assimilés réalisées à compter du 1er janvier 2018 seront assujetties au prélèvement forfaitaire unique de 12,8 % + CSG 17.20 %.

L'abattement fixe de 500 000 € applicables aux cessions de titres réalisées par les dirigeants de PME lors de leur départ à la retraite, devait s'appliquer jusqu'au 31 décembre 2017.

La loi de finances pour 2018 prévoit sa reconduction pour les cessions réalisées à partir du 1er janvier 2018 et ce, jusqu'au 31 décembre 2022. Les dirigeants partant à la retraite pourront donc continuer à bénéficier de ce seul abattement spécifique.

 

DIVIDENDES

Les taux des prélèvements forfaitaires obligatoires de 21 % et 24 % sur les revenus distribués (dividendes notamment) et les produits de placements à revenu fixe sont abaissés à 12,8 % + CSG 17.20 %.

 

EPARGNE LOGEMENT

Les intérêts des plans d'épargne logement (PEL) et des comptes épargne logement (CEL) ouverts à compter du 1er janvier 2018 seront soumis au taux forfaitaire unique de 12,8 % + CSG 17.20 %., alors qu'ils étaient jusqu'à présent exonérés d'IR. Quant aux intérêts des anciens PEL de plus de 12 ans qui étaient déjà fiscalisés, seront soumis au taux forfaitaire unique de 12,8 % + CSG 17.20 %.

Par ailleurs, la prime d'épargne logement est supprimée pour ces nouveaux PEL ou CEL.

 

TAXE HABITATION DE LA RESIDENCE PRINCIPALE

Mise en place d’un système de dégrèvement pour les foyers selon le revenu fiscal de référence 2018 (43 000 euros pour un couple + 8 000 euros pour les deux demi-parts supplémentaires). Dégrèvement de 30 % en 2018 puis 65 % en 2019.

 

DISPOSITIF PINEL

Le mécanisme est prorogé en l’état pour les actes authentiques signés jusqu’au 31 décembre 2021. Les zones d’investissement sont les zones A, Abis, B1 et les anciens sites de la défense.

 

L’IMPOT SUR LA FORTUNE : CREATION D’UN IMPOT SUR LA FORTURE IMMOBILIERE (IFI)

L’ISF est supprimé et remplacé par l’IFI pour les personnes physiques détenant un patrimoine immobilier dont l’actif net est supérieur à 1,3 millions d'euros.

L’assiette de l’IFI sera composée de l'ensemble des biens et droits immobiliers détenus diretement par les membres du foyer fiscal ainsi que les parts ou actions détenues par l’intermédiaires de sociétés et organismes établis en France ou hors de France. Les contrats d'assurance sont inclus dans l’assiette taxable, à hauteur de leur valeur représentative des biens et droits immobiliers.

Les principales exonérations et les abattements sont maintenus (biens professionnels, bois et forêts, baux à long terme, nue-propriété, loueur en meublé professionnel, habitation principale…).

Le passif restera déductible s’il est affecté à un actif imposable (des limites à la déduction ont été prévues notamment pour les prêts in fine).

 

L’IMPOT SUR LES SOCIETES : UN ENJEU D’ATTRACTIVITE POUR LE TERRITOIRE FRANÇAIS ET DE COMPETITIVITE POUR LES ENTREPRISES

Baisse du taux normal de l'impôt sur les sociétés (IS) de 331/3 % aujourd'hui à 25 % en 2022 :

- 2018 : maintien du taux de 28 % jusqu'à 500 000 euros de bénéfices et 33 1/3 % au-delà,

- 2019 : le taux normal ramené à 31 %, les 500 000 premiers euros de bénéfices continueront d'être imposés à 28 %,

- 2020 : le taux de 28 % sera généralisé, il sera respectivement ramené à 26,5 % et 25 % pour les années 2021 et 2022.

 

ASSURANCE VIE

Mise en place d’un Prélèvement Forfaitaire Unique (PFU), applicable aux produits issus des primes versées sur un contrat d’assurance-vie à compter du 27 septembre 2017 et une augmentation du taux de la CSG de 1,7 qui portera le taux des prélèvements sociaux à 17,2% Cette réforme fiscale a pour objectif de plafonner à 30 %, prélèvements sociaux inclus, l’imposition de l’ensemble des revenus de capitaux mobiliers des particulier, la FLAT TAX.

Maintien du régime fiscal actuel pour les produits afférents à des primes versées avant le 27 septembre 2017 quel que soit le montant de ces primes.

Les produits issus des primes versées avant le 27 septembre 2017 demeurent soumis au régime fiscal actuel : choix entre le Prélèvement Forfaitaire Libératoire (PFL : taux de 35 %, 15 % ou 7,5 % en fonction de la durée du contrat) et le barème progressif de l’impôt sur le revenu. Le seul changement porte sur le taux des prélèvements sociaux qui serait porté à 17,2 % pour tous les produits acquis à compter du 1er janvier 2018.

Maintien du taux d’imposition actuel pour un assuré ayant investi moins de 150 000 € depuis plus de 8 ans sur l’ensemble de ses contrats, quelle que soit la date de versement des primes.

Un assuré ayant investi moins de 150 000 €, qui procède au rachat de son/ses contrat(s) d’assurance-vie au-delà de 8 ans, pourra bénéficier dans tous les cas d’un taux d’imposition de 7,5 % auxquels s’ajouteront les PS au taux de 17,2 % (taux global de 24,7 %).

Introduction du régime de la flat tax pour les produits afférents aux primes versées à compter du 27 septembre 2017.

1. Le PFL ne s’appliquera plus aux produits attachés aux primes versées à compter du 27 septembre 2017.

2. Ces produits seront taxés en 2 temps : un prélèvement par l’assureur équivalent à un acompte puis une liquidation définitive lors de l’établissement de sa déclaration d’impôt sur le revenu par le contribuable :

- Au moment du rachat, l’assureur devra précompter un Prélèvement Forfaitaire Obligatoire non libératoire de l’impôt sur le revenu (PFO) au taux de 12,8 % pour un contrat de moins de 8 ans, ou 7,5 % pour un contrat de plus de 8 ans, auxquels s’ajouteront les PS au taux de 17,2 %;

- Lors de la déclaration d’impôt sur le revenu, le contribuable aura le choix entre le Prélèvement Forfaitaire Unique (PFU) ou le barème progressif de l’impôt sur le revenu.Ce choix vaudra pour l’ensemble de ses revenus mobiliers.

En cas d’application du PFU, en assurance-vie, le taux d’imposition variera en fonction de la durée du contrat (< ou > à 8 ans) et du montant des primes versées (< ou > à 150.000 €) sur l’ensemble de ses contrats d’assurance-vie. Le PFO précompté par l’assureur s’imputera sur le PFU.

3. L’application d’un PFU au taux de 12,8 % (soit un taux global de 30 % en ajoutant les PS) vaudra pour tous les assurés ayant versé un montant de primes sur leurs contrats d’assurance-vie supérieur à 150 000 €. A hauteur de ce seuil de 150 000 € (montant par assuré, soit 300.000 € pour deux assurés), l’assuré bénéficiera du maintien d’un taux d’imposition de 7,5% pour les rachats après 8 ans. Ce mécanisme ne joue pas dans l’hypothèse où le montant des primes versées avant le 27 septembre 2017 a déjà atteint le seuil de 150 000 €.
<001004_1.jpg>

La plus-value imposable s'obtient en appliquant à la plus-value brute des abattements par année de détention du bien cédé.

Abattements pour durée de détention

Durée de détention

Abattement annuel

Abattement cumulé

Détermination du montant imposable à l’impôt sur le revenu :

De 6 à 21 ans

6%

96%

Au terme de 22 ans

4%

100%

Détermination du montant imposable aux prélèvements sociaux :

De 6 à 21 ans

1.65%

26.40%

De 21 à 22 ans

1.60%

28%

De 23 à 30 ans

9%

100%

 

 

 Taxe spécifique pour les plus-values supérieures à 50 000 euros

 

Montant de la plus-value imposable (PV)

Taux d'imposition

De 50.001 à 60.000 euros

2 % PV - (60.000 - PV) x 1/20

De 60.001 à 100.000 euros

2,00%

De 100.001 à 110.000 euros

3 % PV - (110.000 - PV) x 1/10

De 110.001 à 150.000 euros

3,00%

De 150.001 à 160.000 euros

4 % PV - (160.000 - PV) x 15/100

De 160.001 à 200.000 euros

4,00%

De 200.001 à 210.000 euros

5 % PV - (210.000 - PV) x 20/100

De 210.001 à 250.000 euros

5,00%

De 250.001 à 260.000 euros

6 % PV - (260.000 - PV) x 25/100

Supérieur à 260.000 euros

6,00%

L'équipe Acs Finances

 

57, Boulevard des Alpes 38240 MEYLAN

04 76 44 06 26

 

114, Avenue Jean Jaurès 26600 TAIN L’HERMITAGE

04 75 07 11 68

Vous disposez d'un droit d'accès, de rectification et d'opposition, dans le respect des dispositions légales et réglementaires en vigueur, aux informations vous concernant.